mercredi 25 avril 2012

20 Spitfire “neufs en boite” en terre Birmane !


David Cundall, britannique de 62 ans, a passé 15 ans de sa vie et dépensé par la même occasion près de 160.000€, à courir après un véritable trésor : 20 Spitfire, neufs en boite, enterrés dans un lieu tenu secret de Birmanie… Une formidable histoire qui pour nous amateurs d’aviation est digne de la découverte du mausolée de l'empereur Qin.



Cette chasse au trésor a été déclenchée il y a 15 ans. Jim Pearce un compatriote de David Cundall archéologue de l’aviation, a eu une conversation à battons rompus avec d'anciens combattants américains de la seconde guerre mondiale, qui avaient servis dans un bataillon du Génie en Birmanie.
Au court de leur conversation l’un d’eux lâche :  «Nous avons fait des choses assez stupides durant cette période, mais le plus idiot a été d’enterrer… des Spitfire ! »
La chasse aux chasseurs était lancée !
David Cundall s'est rendu 12 fois en Birmanie, afin de persuader le régime particulièrement hermétique du pays de lui faire confiance, et de lui donner tout le temps de chercher les témoignages d'un groupe d'anciens combattants d'Extrême-Orient afin de localiser les Spitfire.

Enterrés neufs mais protégés
David Cundall a appris finalement que les Spitfire avaient été enterrés dans leurs caisses de transport. Avant l'enterrement, les avions avaient été cirés, enveloppés dans du papier huilé et leurs joints goudronnés, pour les protéger contre la rouille.
De fait, il existait une chance que quelque part en Birmanie, il y est l’équivalent d’une escadrille de Spitfire qui pourrait être remis en état de vol.
David Cundall, déterminé à les retrouver, paya des encarts de pubs dans les journaux locaux, pour essayer de retrouver des soldats qui avaient participé à l’ensevelissement des précieux avions. Après 15 ans de recherche il a donc enfin découvert son Graal !
Il sait où sont les Spit enterrés depuis 67 ans. L’endroit est évidemment gardé secret.
David Cundall a déclaré : "Nous avons réalisé un trou de forage et utilisé une caméra pour voir les caisses. Elles semblaient être en bon état. Des images radar du sous-sol ont montré que les caisses, à 15m de profondeur, contenaient bien des Spitfire avec leurs ailes emballés aux côtés des fuselages." Il poursuit : « En août 1945, les avions, des Mk XIV, équipés du Rolls-Royce Griffon ont été mis dans des caisses et transportés de l'usine de Castle Bromwich, dans les West Midlands, jusqu’en Birmanie.
Une fois qu'ils sont arrivés à bon port, les avions en question furent jugés excédentaires. La guerre vivait ses dernières heures. L'ordre fut donc donné d'enterrer 12 Spitfire alors qu'ils étaient encore dans leurs caisses de transport. Deux semaines plus tard, la première bombe atomique fut larguée sur Hiroshima stoppant net les hostilités contre les japonais. Il est possible que huit autres Spitfire aient subi le même sort en décembre 1945, portant le nombre total potentiel de Spitfire enterrés sur le territoire Birman à 20. Après la guerre énormément de Spitfire on été rayés des cadres et pour certains tout simplement poussés à l'arrière du porte-avions dans la mer. Sur terre, pas question de les laisser aux locaux qui auraient pu avoir la mauvaise idée de vouloir les utiliser contre nous. Il existait une solution typiquement britannique :
«Nous allons les enterrer les gars !"
Ces soldats auraient pu avoir l'intention de revenir et de les déterrer. Mais ils ne l'ont jamais fait. "
L’extraction devrait coûter près de 620.000€. Pour se faire David Cundall a demandé l'aide de Steve Brooks Boultbee, un marchand de biens britannique qui dirige également la Boultbee Flight Academy, à Chichester, West Sussex. Ecole qui enseigne le pilotage sur Spitfire justement. En l’occurrence, le biplace que Steeve Brooks a acheté pour 2 174 000€ en 2009.
Une escadrille toute entière
Les Britanniques veulent maintenant restaurer le plus grand nombre possible de ces avions et souhaitent les faire voler de nouveau. Si le projet fonctionne, cette « escadrille » va presque doubler le nombre de Spitfire en état de voler. Actuellement seulement 35 Spitfire volent encore dans le monde.
Le dernier obstacle à la récupération des Spitfire était politique : les sanctions internationales interdisant la circulation des matériels militaires dans et hors de Birmanie laissait craindre que le gouvernement birman ne permettrait pas toutes ces fouilles étrangères sur son territoire. La réforme birmane, vient donc à point nommé et il est probable que les sanctions soient levées après une délibération de l’Union européenne qui a débuté le 23 avril dernier.

Le premier Ministre anglais à l’aide
Avec l'aide de David Cameron, le Premier Ministre anglais et sa visite en Birmanie, un accord est en cours de négociation et tous les espoirs sont permis.
Steeve Brooks a déclaré en rentrant de Birmanie le 21 avril dernier: "Nous espérons pouvoir commencer à creuser d’ici trois à quatre semaines. Ensuite, le plan est de faire en sorte qu’un maximum d’entre eux puisse voler. Ils sont restés dans le sol pendant plus de 65 ans, il n'est donc pas pensable de les sortir des caisses, de les mettre ensemble et de les faire voler. Il y a avant beaucoup de travail à faire. Nous pourrions avoir à utiliser des pièces des uns pour faire voler les autres. Mais si les caisses ne se sont pas gorgées d'eau, les Spitfire pourrait être dans un état incroyable. Il est également encourageant de constater que des poutres en teck avait été posées sur les caisses afin quelles ne soient pas écrasées par la terre lorsqu’elles ont été enfouies. "
Ils ne seraient pas les seuls !
David Cundall a également déclaré qu'il y a d’autres Spitfire enterrés là-bas : « J'ai entendu parler de 36 avions dans une « sépulture », de 18 dans un autre et  6 autres ailleurs. Tous ont été enterrés alors qu’ils étaient neufs, jamais sorti de leurs boîtes. "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire