vendredi 20 avril 2012

Roues de fortunes... et pis c'est tout !


Lorsque l'on fouille dans sa bibliothèque on ne trouve évidemment pas ce que l'on cherche en revanche il arrive parfois que l'on exhume quelques p'tits trésors... "Roues de fortunes, roues de misères" de Feu Yves Dalmier, fait partie de ces bouquins que l'on à plaisir à retrouver. D'autant que la poussière qu'il porte, nous transporte directement dans le sujet... Celui des trouvailles miraculeuses des années 50-60, réalisées dans le sud-ouest et plus particulièrement dans la région toulousaine. Il fut l'année de ma naissance le créateur du fameux Cercle T. Motos, mais surtout les autos dont les Bugatti, Hispano, Isotta et autres ancêtres du meilleur calibre ont ainsi revu le jour grâce aux efforts et la clairvoyance d'Yves Dalmier et quelqu'uns de ses amis.
Le bouquin est préfacé par Jacques Dufilho qui comme chacun sait, fut un Bugattiste convaincu. J'ai eu la chance de connaitre Yves Dalmier et d'avoir d'ailleurs une dédicace à l'époque où déjà j’œuvrais pour l'hebdomadaire bellifontain. Le bouquin en question fut d'ailleurs l'objet d'un feuilleton dans les colonnes en question avant de devenir "ouvrage". Las, nous étions déjà dans les roues de misère...
"A Monsieur Igor Biétry, l'hommage de ce livre, pour bien ancrer une grosse différence dans notre passion commune... Chez lui elle le fait vivre, chez moi elle me ruina... Mais cela sans rancune envers les vieilles autos dont certains modèles - au moins- venus du ciel et qui y semblent retourner, nous réunissent maintenant dans le vent des hélices !" Yves Dalmier avait gentiment accepté d'être l'un des membres du Yacht club des Avions de la route... Nous pensons bien à lui !
Il fut un temps où on pouvait trouver son ouvrage aux Editions du Palmier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire